Le rude débat des candidats devant le CSA

France_televisions 1

22 juillet 2020. Ils sont huit candidats, six hommes et deux femmes, qui vont s’affronter sous le regard des six conseillers du CSA. Voici, en exclusivité, les phrases et moments clés du débat 

Le tirage au sort désigne Michel Goldstein pour ouvrir les hostilités. Il synthétise son ambition stratégique pour France Télévisions en une formule saisissante :

« Dès le début de mon mandat, je veux conquérir l’émergent et gagner la bataille de la validation générationnelle. Car là sont les vrais enjeux, si l’on veut parvenir à la contractualisation du foyer

– Encore faut-il s’appuyer sur une entreprise apprenante, rebondit Jean-Paul Philippot. Les formats historiques doivent être mobilisés pour exploiter tous les champs éditoriaux et construire un territoire d’hybridation.  

– L’éditorial, corrige Delphine Ernotte, n’est rien d’autre qu’un journalisme constructif, un journalisme de solutions, garant d’une information durable, pour un avenir soutenable…. 

– Tout à fait, admet loyalement Sandrine Roustan, un canal plus proche permet de bâtir une économie concluante. De l’attractivité viendra l’engagement….

– Et une externalisation positive, la coupe Pierre-Etienne Pommier. Sachez, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers, que le concept de découvrabilité me permettra, si vous m’élisez, de réunir à horizon 2022 les conditions d’une distribution bienveillante.

A ces mots, Christopher Baldelli fronce son épais sourcil. Cravate et regard noirs. Il détache impitoyablement ses mots : 

– La distribution bienveillante ? Concept dépassé ! A l’heure du numérique, un seul outil de recommandation : le management de la bienveillance. Aussi je veillerai à la promotion des Français issus de la diversité

– Je reconnais-là une différence structurante, glisse Serge Schick, qui synthétise habilement les pétitions des précédents orateurs. Je veux le dire fortement : quand on parle de distribution, je veux entendre distribution agile. Et quand on parle de format, je veux entendre format immersif

– Je m’engage, conclut Delphine Ernotte, à conquérir un leadership de référence.

* * *

Silencieux, Serge Cimino observe la scène. Le huitième candidat, journaliste et militant syndical, 36 ans de maison, aimerait faire réagir ces conseillers blasés. Mais que dire ? C’est si beau, si fort, ces punch-lines fédératrices, et ils ont tellement l’air d’aimer ça de l’autre côté de l’estrade.

Dans Libération, on raconte que la Présidente a bénéficié des services de deux agences de communication. C’est presque amusant quand on entend le résultat.  Quant à savoir à qui ont été adressées leurs factures, mieux vaut ne pas se poser la question, n’est-ce pas ?

Serge Cimino prend enfin la parole. Il résume son projet (voir PDF ci-dessous)

Ce qui est sûr, c’est que c’est lui qui écrit ses textes et prépare ses interventions. 

Tout le monde peut-il en dire autant ?

Allez, une petite dernière écrite sur le compte de la redevance : que dit la Présidence des jeunes qui boudent la télé de leurs (grands)parents ?

« La jeunesse flamme de la République, la jeunesse avenir du service public. »

Waaaa… 

NB : toutes les expressions citées sont strictement véridiques 

Serge-Cimino_projet-stratégique-FTV

Partager cette article:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
DÉCOUVREZ NOS ARTICLES DÉDIÉS